Mobilité à Bussigny : les nouveaux horizons
Synthèse des propositions issues des participants à la soirée du 8 novembre 2018

Environ 290 personnes étaient présentes à la soirée d’information et d’échange organisée le 8 novembre 2018. La soirée s’est déroulée en présence des membres de la Municipalité et des chefs de service. Elle a été orchestrée par un modérateur professionnel. Trois présentations ont été faites (voir l’invitation pour plus de détail). Suite aux présentations, près de 80 personnes ont pris part au Word Café / café de la mobilité.

 

Trois questions étaient posées :

  • Comment est-ce que la mobilité affecte mon quotidien ?
  • Quels aspects de la mobilité désirons-nous préserver? Et quels aspects devraient être améliorés ?
  • Parmi les réponses à la question, laquelle est prioritaire ?

 

L’objectif de la démarche était de recueillir le sentiment de la population sur les thèmes, les sujets, les points qui pourraient être améliorés dans l’avenir afin de préserver les qualités de la mobilité à Bussigny.

 

Si de nombreuses critiques ont été formulées sur l’état de la circulation routière, les participants semblent considérer que beaucoup de solutions passent par l’amélioration de l’offre en matière de transport public et de mobilité douce. En effet, c’est dans ces domaines que les propositions ont été les plus nombreuses.

 

En matière de mobilité individuelle motorisée, les difficultés de circulation au carrefour de Croix-de-Plan ont été les plus souvent citées. Il y a aussi été cité les difficultés d’accès à l’autoroute depuis la Route de Buyère, la saturation du carrefour rue de Condémines / route de Sullens, l’engorgement de la rue Saint-Germain (le soir) et du carrefour devant l’Hôtel de Ville. Le transit sur la rue de Lausanne et plus largement dans le centre de Bussigny a aussi été mentionné. Les participants ont déploré le temps perdu dans les bouchons, les nuisances sonores, la pollution et l’insécurité pour les piétons et les vélos.

 

Devant la dégradation des conditions de circulation, certains participants ont demandé de stopper le développement urbain tant que les infrastructures de transport ne seront pas améliorées. Il s’agit donc de mieux coordonner l’urbanisation et les transports. Des solutions moins extrêmes ont aussi été proposées : la séparation verticale des circulations au carrefour de Croix-de-Plan, la mise à sens unique de la rue de Lausanne, une mesure dissuadant (voire bloquant) le transit à l’ouest et à l’est de la commune. Il faut en tout cas, selon certains, préserver les zones 30, voire les étendre à la rue de St-Germain, à la rue de la Gare (devant la boulangerie), à la rue de l’Industrie, à la rue du Jura (accès à la Plannaz) et à la route de Condémine. Bref, en dehors des zones industrielles et des principaux accès à l’autoroute, il faudrait que l’ensemble du réseau routier soit en zone 30. Certains habitants proposent aussi que les entreprises adaptent leurs horaires de travail pour écrêter les heures de pointe.

 

En attendant l’arrivée du tram et du BHNS, des améliorations sont possibles en termes de fréquence, d’amplitude horaire et de vitesse commerciale, voire de tarification. La fréquence des trains (capacité et fréquence) et celle de la ligne 91 (fréquence et amplitude horaire) sont jugées insuffisantes. Il est proposé de mettre en place une desserte directe en train entre Bussigny et Morges ainsi qu’une desserte régionale « circulaire » en bus entre Bussigny, Crissier et Cheseaux. Il est proposé de créer des voies réservées et des priorités aux carrefours pour le bus 17. A l’échelle locale, la desserte du nouveau quartier de Bussigny Ouest est demandée. La tarification est jugée trop chère, notamment pour les étudiants. Des tarifications spéciales pour certaines clientèles, la gratuité des TP ou l’adaptation du zonage de la communauté tarifaire Mobilis sont proposés. La création d’un P+R à la Croix-de-Péage est suggérée.

 

La démarche participative a permis de vérifier que certains éléments des projets de tram et de BHNS ne sont pas bien compris. Certains habitants n’ont pas compris que le passage du tram au carrefour de Croix-de-Plan ne créera pas de nouvelles complications ; d’autres ne réalisent pas que la création d’un tram de type « monorail » n’est pas possible dans un secteur construit comme l’Ouest lausannois ; ou que la mise en souterrain du tram à la Croix-de-Plan nécessiterait de créer de grandes trémies qui défigureraient le boulevard de l’Arc-en-Ciel et la route de Buyère ; d’autres encore n’ont pas compris que le BHNS est presque l’équivalent sur pneus d’un tram et qu’ainsi, le centre de Bussigny bénéficiera d’une excellente desserte en TP. Il y a donc lieu de revenir sur ces points lorsque les autorités communiqueront sur ces deux grands projets.

 

La surprise de la soirée vient du nombre important de propositions concernant la mobilité douce et les vélos en particulier. La région est considérée inamicale pour les cyclistes. L’insécurité est pointée du doigt, en particulier près des écoles (Tombay, Roseaz et Vuette) et des garderies. Les propositions générales visent à sécuriser les itinéraires, voire à interdire les vélos sur les routes cantonales, séparer les flux de piétons et de cyclistes (cf. vélos électriques), aménager des places de stationnement vélos près des commerces (Migros, etc.), des lieux publics (administration communale et la Poste) et des nœuds de transport (gare, terminus tram). Il est aussi demandé de sécuriser le stationnement des vélos à la gare. L’amélioration du réseau cyclable passe par la continuation de la piste cyclable le long de la voie ferrée en direction de Renens (idéalement sans feux de circulation), l’amélioration de la piste cyclable dans Bussigny Ouest et le jalonnement (signaliser la piste cyclable qui passe vers Conforama pour éviter que les cyclistes ne prennent la RC79 en direction d’Echandens). L’incitation à l’usage du vélo passe par le maintien des subventions à l’achat de vélos et par la mise en place d’une offre de vélos en libre service. Une nouvelle traversée du village nord-sud (ailleurs que la rue des collèges) est suggérée, tout comme un nouveau franchissement des voies CFF.

 

En conclusion de la soirée, la Syndique, Madame Wyssa, a remercié les participants pour leurs nombreuses propositions en vue d’améliorer la qualité des déplacements dans la commune. Elle a annoncé que la Municipalité étudiera la mise en place d’actions concrètes  pour répondre aux attentes exprimées.