Arc-en-Ciel

Arc-en-Ciel

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le secteur de Arc-en-Ciel est un cas particulier à deux titres. D’une part, il réunit deux communes : Crissier et Bussigny, et, d’autre part, il se situe dans une zone déjà largement affectée à des activités commerciales et industrielles, avec la présence de friches à exploiter. Cette zone est aussi appelée à une forte transformation à moyen et long termes, en raison de l’arrivée future du tram dans ce quartier et de la création d’une nouvelle rue.

 

Arc-en-Ciel a fait l’objet d’un Plan directeur localisé (PDL) validé par le Conseil communal et le Conseil d’Etat, cadre de référence pour les prochaines décennies. Ce PDL couvre 25 hectares ; il devra également être découpé en plusieurs PPA. Ces parcelles sont en mains privées. Les premiers contacts entre les propriétaires fonciers et les deux Communes ont été établis. L’objectif vise à réaliser un ou plusieurs PPA dans la partie Sud du secteur avant l’arrivée du tram (aux alentours de 2020). Le plan du secteur prévoit l’accueil de sièges d’entreprises, de bureaux et de services, de halles d’expositions, d’équipements socio-culturels ainsi que de logements, à proximité du parc de la Sorge. Des espaces publics tels que parcs, routes, passages pour la mobilité douce ou encore lignes de transports publics font partie intégrante du plan.

 

Aujourd’hui ce quartier compte quelque 250 emplois. La planification prévue dans la prochaine décennie (3ème phase) prévoit d’y ajouter quelques centaines d’emplois et environ 400 habitants supplémentaires. Les prévisions devront être revues progressivement, puisque ce quartier dispose d’un potentiel important de plusieurs milliers d’emplois et environ 1’500 habitants.

 

Documents officiels